Coralie Desbrousses

Comédienne

 

 

Jouer est un plaisir instinctif…

Je retrouve l’enfant en moi. 

Quelque soit le jeu, sur un plateau, avec ma trompette, de société, en sport, cela touche un désir de vie profond. 

Pour mon « historique » que vous trouverez ci-dessous, j’ai fait des choix :

certains spectacles, performances n’apparaissent pas.

Je suis une comédienne curieuse, prête à relever plein de défis. 

Et pour moi, chaque expérience de travail est un cadeau de la vie.

Plus j’avance dans mon parcours, plus j’expérimente des univers différents, plus je suis reconnaissante... 

J’aime découvrir, j’aime être une couleur sur une palette de peintre. 

Alors pour vos tableaux, pensez à moi.

2019

La Guide des Ribaults, diverses farces médiévales, mise en scène Maurice Martenet et Frédéric Perrier, rôle : Une gueuse, une « damoiselle »

Cette première expérience a été magique, j’adore travailler avec ces deux compères.

Nous répétons dans la joie, et cela fait énormément de bien. Merci à vous !

2018

Je suis ma famille, réalisateur Loïs de Goumoëns, rôle : La mère

J’ai adoré jouer cette mère particulière. Ce court métrage de Loïs de Goumoëns concourait pour le Nikon Film Festival. Synopsis : Une cave et son after. Un salon et son Grand Marnier. Bref, une histoire de famille ordinaire.

Le crabe, réalisatrice Olivia Borgeaud, rôle : La mère

Le rôle de cette maman malade a été une expérience intéressante. Moi qui déborde d’énergie,

J’ai calmé mes chevaux pour être fatiguée, épuisée…

Merci à toute l’équipe.

La ferme des animaux de George Orwell, mise en scène Christian Denisart, rôle : Le mouton trompette tambour

Je me suis retrouvée en mouton tambour-trompette, avec des cornes énormes et des sabots.

Dix années de conservatoire sont totalement inutiles pour jouer avec des sabots.

J'ai adoré ce défi qui ressemblait davantage à un numéro de cirque qu'à du théâtre. J'ai découvert l'autre adorable mouton, Lee Maddeford, merci Lee, ou Broute Lee comme on disait, pour tous ces moments de complicité et de fous rires tout au long de ces nombreuses représentations en Suisse romande. Merci à toute cette joyeuse équipe...

2013

D’une mémoire à l’autre, mise en espace Claire-Chantal Baumgartner, rôle : La femme

Une contrebasse magique Pierre-Alexandre Chevrolet, une voix moi, travail poétique sur les mémoires meurtries et réparées, pour l’exposition de Claire-Chantal, jouer au milieu des tableaux de mon amie était un pur instant de joie.

2008

 
Ça Tourne, mise en scène et conception Sybille Frei, rôle : Le

personnage
Ce travail est un bijou dans ma mémoire, j’ai adoré jouer pour les tous petits, après chaque représentation le contact avec ce public est un souvenir de bonheur dans mon coeur. 
 

2006

La fleur de Châtaignier, réalisation Thibaud Llodra, rôle : La mère

Cette expérience d’actrice reste un souvenir magique avec tous les imprévus drôles qui se sont

enchainés. Thibaud sera toujours pour moi un provocateur d’énergie positive. Merci.

2004

Miserere, réalisatrice Heidi Hassan, rôle : La jeune femme

Première expérience en tant qu’actrice. Je remercie Heidi de m’avoir choisie pour ce rôle magnifique à défendre. J’ai aimé ce rapport à la caméra et le jeu que cela suppose.

2002

Rêve ou crève, mise en scène Tane Soutter, rôle : La femme

Pour moi ce travail a été un plaisir immense, j’ai particulièrement aimé la collaboration avec les danseuses(rs). Je me souviens de la joie des échauffements avant les représentations, j’étais heureuse d’être avec toute l’équipe. Je remercie le magnifique danseur Markus Siegenthaler pour tous les conseils partagés, merci mon ami.

1999

Le roi David D’Arthur Honegger, direction de François Forestier, rôle : La Pythonisse

J’ai adoré jouer la Pythonisse, cette première expérience au sein de ce magnifique oratorio, était forte en émotions. J’ai partagé la scène avec Mario Alberti qui était aussi mon professeur de trompette et surtout une âme soeur. Grâce à Mario j’ai interprété ce rôle en 2001 au Paléo Festival de Nyon sous la direction d’André Charlet. Merci.

A corps et à cru textes de Christian Emery, mise en scène de Geneviève Gulh, rôle : une femme

Je me souviens des nombreuses improvisations pour défendre ces mots d’une puissance vive. J’ai travaillé sur l’ injustice, la révolte, l’humiliation, le non respect et l’acceptation.

Petit à petit un chemin s’est dessiné, puis le spectacle.

1998

A votre sainteté de Didier Carrier, mise en scène de Thibaud Llodra, rôle : Aucassette

Première comédie musicale, j’ai joué le premier rôle féminin Aucassette, mais en parlant. A cette époque chanter pour moi était comme si je me retrouvais sur un fil suspendu au-dessus du vide comme une somnambule… J’ai adoré jouer à l’Alhambra. Cette expérience reste un merveilleux souvenir.

1996

Archipel B textes de Bertolt Brecht, mise en scène de Michel Barras, rôle : Plusieurs personnages

Avec ce deuxième spectacle de la compagnie Théatroc, je découvre Bertolt Brecht, j’ai adoré ce montage, les situations évoquées, le plaisir du collectif. Bref un bon souvenir.

1995